Manifeste

L’innovation ne connaît pas de frontière. Le terrain de jeu des entrepreneurs est désormais global. Et la concurrence, acharnée.

Plus que jamais nous paraît nécessaire une alliance entre les grands groupes et les startups de l’hexagone, afin de faire rayonner notre savoir-faire.

Nous refusons la vision simpliste de deux mondes soi-disant irréconciliables – celui des « Licornes » contre celui des « Dinosaures ». Nous refusons d’opposer des caricatures de grands patrons à celles de jeunes entrepreneurs.

Nous ne croyons pas que les premiers aient jamais eu le monopole de la taille, ni les seconds celui de l’agilité. Nous croyons au contraire qu’un même esprit, une même ambition les animent.
Une même énergie, aussi ; celle d’entreprendre.

Pour les grands groupes, collaborer avec les startups c’est puiser dans cette énergie qui est à l’origine de tout, qui peut tout. Pour les startups, c’est l’occasion de la mettre à l’échelle.

Nous militons pour une coopération accrue, harmonieuse et équilibrée entre les pépites de la French Tech et nos fleurons industriels.
Nous militons pour que les grands groupes continuent de se réinventer en faisant le pari de travailler avec de nouvelles générations d’entrepreneurs, porteurs d’idées neuves. Car nous sommes convaincus que les succès futurs des startups françaises s’écriront avec le soutien de ces grandes entreprises startup ready.

Nous sommes convaincus que les bénéfices d’un tel soutien seront à la hauteur des enjeux : immenses.

Qu’en est il vraiment ?

Depuis 3 ans, l’action publique « French Tech » déploie une politique structurée en faveur de la croissance des startups françaises ; dans la continuité de son action, une partie de ses membres fondateurs se propose d’apporter un éclairage constructif sur la situation de la coopération entre startups et grands entreprises en France.

Ainsi, la Mission French Tech au Ministère de l’Economie, et ses partenaires la Direction générale des entreprises, la Caisse des dépôts et Bpifrance, mettent en place le : Baromètre French Tech de la collaboration startups/grands groupes.

Son objectif ? Objectiver la situation de la coopération entre startups et grandes entreprises du SBF120 et mesurer dans le temps son amélioration, dans le but de stimuler cette coopération.

Les principes fondamentaux qui guident notre démarche sont les suivants :

  • Notre objectif est de « tirer vers le haut » l’ensemble de l’écosystème en contribuant dans la durée à rendre plus efficace les interactions entre startups et grands groupes français.
  • Par définition, l’ambition d’une startup est de devenir à son tour une grande entreprise, et c’est l’intérêt des grandes entreprises françaises, que les startups avec lesquelles elles travaillent, croissent fortement et deviennent de nouveaux grands leaders. Nous voulons contribuer à la diffusion de cette compréhension partagée de la dynamique de croissance des startups, pour qu’elle puisse guider l’action aux différents niveaux d’organisation des grandes entreprises.
  • Nous ne savons pas mieux que les entreprises – startups et grands groupes – ce qui est bon pour elles, par contre nous savons travailler avec méthode et neutralité avec l’ensemble de ces acteurs pour objectiver la situation générale et créer une dynamique collective positive en France – en capitalisant sur la dynamique « French Tech » – pour que tout l’écosystème fasse encore mieux demain.
  • Notre approche est d’abord factuelle et quantitative : mesurer et objectiver les pratiques, à partir d’un référentiel partagé, puis suivre leur évolution annuellement. Par contre nous ne voudrons en aucun cas interférer ni offrir de médiation entre les startups et les grands groupes : leur relations doivent rester strictement des relations d’affaire.
  • Nous travaillons avec les grandes entreprises françaises sans jugement a priori et dans un esprit de collaboration. Notre objectif est d’aider chacun à mesurer ses pratiques dans le but de les améliorer. Nous espérons en particulier que cette démarche nationale pourra constituer un point de levier externe pour les dirigeants et les cadres de ces grandes entreprises, qui sont engagés dans la transformation de leur entreprise.
  • A ce titre la communication autour du projet sera importante, elle sera positive, elle valorisera les réussites et encouragera ceux qui peuvent progresser.
  • Nous nous plaçons dans une perspective internationale : nous voulons à moyen terme pouvoir comparer objectivement la situation française avec celles des autres grandes nations d’innovation dans le monde.

Alors que l’économie mondiale traverse une phase de mutation profonde, notre conviction est que les grands leaders de l’économie française de demain mêleront grands groupes ayant su se transformer et startups ayant pu grandir avec succès. Les destins respectifs de ces entreprises sont donc liés. Elles doivent aujourd’hui se rapprocher efficacement autour d’un intérêt vital partagé : multiplier et saisir toutes les opportunités de transformation et de croissance.